BlogueLab culturel

Villa : l’art sur roues

Dans les milieux créatifs, l’effet de la contrainte est connu: rencontrer un obstacle pousse à imaginer toutes sortes de façons de le contourner, et ça donne souvent des résultats bien meilleurs que si on avait voyagé sur terrain plat!

C’est ce qui est arrivé à Verticale.  

Fondé en 1991,  en 2010, ce centre à but non lucratif d’artistes de Laval  traversait une mauvaise passe financière; il fallait donc réduire les dépenses et se relocaliser pour pouvoir continuer son action. Cela signifiait plus d’atelier, plus de galerie pour exposer, juste un bureau pour les 3 employés.

La situation les forçait donc à se réinventer, comme l’explique Karine Larocque, directrice par intérim de Verticale «Au lieu de laisser les Lavallois venir à nous, on a proposé des projets sur tout le territoire de Laval et on a porté l’art dans le quotidien des gens.

De ce fait, parce que nous travaillons hors les murs, d’année en année, les champs disciplinaires se sont élargis: art infiltrant, art d’installation, etc., en collaboration avec des entreprises privées, des bibliothèques, des centres communautaires, etc.

Il est certain que nous cherchons encore à nous installer dans un lieu durable, qui nous permettrait d’offrir des  ateliers aux artistes et d’avoir une galerie permanente, mais notre contrainte a tellement enrichi notre pratique que nous songeons aux moyens de garder nos  nouvelles façons de travailler, même quand nous aurons réintégré des murs!»

De food truck à véhicule d’arts

C’est que l’association Verticale ne s’est pas arrêtée là: non contente de trouver des façons innovantes de porter l’art ailleurs que sous son toit qui n’existait plus, elle a imaginé un véhicule d’arts actuels et numériques, le camion Villa. Une forme de fablab artistique mobile.

Karine Larocque raconte «En attendant notre prochaine localisation, on voulait trouver un moyen stratégique de se relocaliser temporairement, pour opérer une transition entre le “hors les murs” et notre prochain lieu.

Jusque là, parce que nous n’avions ni lieu physique ni parc d’équipement, les artistes proposaient d’emblée moins de projets numériques.  Le Service de la culture de Laval ayant acquis un parc d’équipement numérique, on savait qu’il serait possible d’y avoir accès… mais on n’avait pas de lieu propice pour l’installer.

On a donc lancé un projet d’exploration mobile pour  montrer les processus créatifs, et répondre aux besoins des artistes et des citoyens.»

Et c’est Villa : ce camion, un outil reconnaissable, attirant, ludique, qui répond aux besoins des artistes et permet de renforcer l’identité de Verticale va vers les gens avec des propositions en arts actuels et en arts numériques.

 

«En concertation avec les artistes et les agents culturels, et grâce au parc d’équipement numérique de Laval, précise Mme Larocque,  nous avons pu aménager ce camion pour en faire un lieu de création tangible, un laboratoire qui peut déplacer les projets vers le public, qui peut être équipé en laboratoire numérique, qui sert aussi à recevoir les différents publics. On peut imaginer toutes sortes de contextes: un atelier de médiation artistique dans une école, des actions auprès des publics de proximité, de bibliothèques, de groupes de francisation, etc.

À noter que cela nécessite un investissement supplémentaire de la part des artistes: ils doivent non seulement proposer un projet, mais l’inscrire dans des lieux propices, trouver de nouvelles façons de travailler et être prêts à interagir avec le public!»

Le camion Villa, un projet ayant reçu accompagnement et une aide financière de 25 000 $ du Lab culturel, est donc devenu un moyen de création et de diffusion mobile, et les projets ont commencé à affluer. Dès avril 2018, Villa était lancé, et sa première invitation a été une participation au festival de musique Diapason de Laval.

On a pu voir Villa, qui sert de résidence d’artistes pendant l’été, au Centre Nature de Laval.  Par exemple, on a pu déjà y faire l’expérience de 40 secondes d’un parcours onirique, parcours qui devrait atteindre 4 minutes.

Nous avons posé la question à Mme Larocque: Et quand vous aurez enfin un lieu où vous établir physiquement, aurez-vous encore besoin  de Villa?

«Absolument, s’exclame-t-elle, il serait dommage de ne pas intégrer tous les enseignements de notre expérience nomade à nos activités, et c’est ce que chercherons à garder! Aller vers le public, exposer le public aux œuvres sans qu’il ait à se déplacer vers un lieu artistique, toucher par conséquent  des gens qui ne seraient pas naturellement portés à visiter des lieux consacrés à l’art, quelle richesse!»

L’équipe de Verticale – Centre d’artistes a rédigé un guide de bonnes pratiques pour tous ceux qui souhaitent lancer un laboratoire mobile.

——-

Info complémentaire:

  • Verticale, issu de la Société des arts visuels de Laval, est un regroupement d’artistes incorporé dès 1987, qui a entrepris de se doter d’un centre d’artistes autogéré afin de faciliter l’exercice de la profession artistique à Laval et d’y contribuer au développement de l’art actuel. Depuis 2010, Verticale — centre d’artistes est en processus de relocalisation. Pendant cette transition vers des installations pérennes, Verticale — centre d’artistes remplit son mandat, tant régional que national, en offrant aux Lavallois ainsi qu’au public venu d’ailleurs, spécialisé ou non, une programmation accessible dans différents points d’intérêt de l’Île-Jésus.
  • Le camion Villa a été imaginé, acheté et aménagé grâce à une aide financière de 25 000$ du Lab culturel.
  • Programmation des activités
  • On en parle dans Le Devoir

 

Article précédent

Muséolab: se faire des peurs à l'ère techno

Article suivant

Abstrak : démocratiser l'art contemporain par l'expérimentation numérique