BlogueHackathonHackCultureQCLab culturel

L’histoire de Swipecity, du hackathon au Lab culturel

Septembre 2015. Premier Hackathon des Journées de la culture. Des idées plein la tête, quatre jeunes passionnés du numérique participent à ce défi de taille avec l’idée de concevoir une application mobile permettant la découverte de trésors culturels dans la ville de Québec. Leur mission : rendre la culture accessible à tous !

Voici l’histoire de Swipecity.

À l’origine du projet, deux amis du secondaire : Julien Mbony, le fondateur de la startup alenyquebec, et Jules Kamanzi, un étudiant au bac en informatique à l’Université Laval et analyste-programmeur chez Geotraceability. Ils rencontrent Nicolas Girard et Sahil Khoja grâce aux activités professionnelles de Julien. Le premier est développeur web chez CPU Services et le second est un analyste TI à Revenu Québec.

Le groupe se réunit au départ pour développer une application mobile destinée à promouvoir des commerces. L’objectif : prévenir l’utilisateur de l’application, par des notifications, des produits en ventes autour de lui et qui correspondent à ses préférences. Ce sont des beacons qui interagissent avec son cellulaire et lui transmettent les informations.

 

Beacons

 

L’idée de rendre notre environnement plus vivant grâce aux objets connectés anime les quatre amis. Le concept est trouvé, mais le travail pour le développer est colossal.

Pendant deux mois, ils se retrouvent après leur journée de travail respective pour travailler sur ce projet. Tout un défi car aucun d’eux n’a jamais créé d’application mobile. C’est l’envie de relever ce défi et de continuer de travailler ensemble qui les poussent à continuer et à ne pas baisser les bras.

 

Le Hackathon des Journées de la culture : l’élément déclencheur

Fin de l’été 2015, Julien reçoit une invitation de Québec Numérique pour participer au Hackathon des Journées de la culture. Soudain tout prend un sens : pourquoi ne pas adapter leur idée d’application à la culture québécoise ? L’aventure Swipecity commence.

Québec Enchanté, le premier nom de l’application, résume bien le concept de base des quatre créateurs : charmer les habitants et les touristes avec les attractions culturelles de la ville capitale en recevant des alertes et anecdotes de lieux et objets connectés à des beacons. C’est un marathon de trois jours qui attend l’équipe et les participants de divers niveaux de compétences en technologie, en programmation, en design et en marketing. Une compétition féroce car tous les participants veulent remporter le grand prix : une trousse culturelle, une bourse de 2 000$, et surtout un accès au Lab culturel pour développer le projet gagnant. Pour cela, ils devront répondre aux deux objectifs de l’événement : Rendre la culture plus accessible aux citoyens par le numérique et favoriser la participation citoyenne à la culture d’ici.

Jules, Nicolas, Sahil et Julien ont une idée définie et sont confiants. Après trois jours intensifs de débats et de programmation, ils présentent un prototype de Swipecity. Un travail payant car ils gagnent l’édition de Québec du Hackathon et intègrent du coup le Lab Culturel, qui accorde une aide financière de 15 000$.

 

Julien Mbony, Sahil Khoja, Jules Kamanzi et Nicolas Girard.
Julien Mbony, Sahil Khoja, Jules Kamanzi et Nicolas Girard.

 

Enjeux et défis au sein du Lab culturel

Le Lab culturel est un incubateur de projets culturels innovants, faisant appel au numérique. Les candidats reçus au sein du Lab ont six mois pour développer leur projet en s’appuyant sur une méthode s’inspirant du lean startup qui consiste à valider le plus d’éléments possibles avant de développer son prototype, ce qui réduit ainsi les coûts de développement.

Développer une application en six mois, c’est court, très court. Le temps manque déjà.  Peu importe, la motivation l’emporte et ils se réunissent tous les soirs et fins de semaines pour travailler sur le projet.

Deuxième défi : L’argent. L’aide financière accordée par le Lab culturel est un bon point de départ, mais ce n’est pas suffisant pour développer leur application mobile. Là encore, ils trouvent des solutions comme répartir correctement la somme et rechercher de l’aide précise auprès d’autres précieux collaborateurs.

Pour assurer le succès de Swipecity, il faut que les utilisateurs puissent l’utiliser sans accès internet considérant qu’une partie de la clientèle-cible, les touristes, n’ont pas accès librement à un réseau pendant leurs vacances. Ils ont dû structurer et circonscrire le contenu de l’application pour répondre à cette contrainte.

L’infrastructure constitue un autre enjeu de taille. Swipecity n’est pas juste une application, c’est aussi un réseau d’objets connectés dans un milieu physique qu’est le Vieux-Québec. Un important travail de terrain est nécessaire pour repérer les bons points d’intérêts, tester la performance selon les conditions climatiques, trouver des partenaires d’affaires et installer les bornes signalétiques dans les bonnes directions pour que les utilisateurs captent le signal. L’équipe a su trouver les bons partenaires, notamment la Ville de Québec qui n’a pas hésité à collaborer au projet facilitant ainsi beaucoup la pose des beacons.

 

Six mois de développement, de tests et de rencontres pour une version beta

Les gagnants du Hackathon obtenait également la possibilité de présenter leur projet dans le volet startups du WAQ, le 8 avril 2016 à Québec. Fébrilité en la demeure, l’application Swipecity doit être prête et testée. L’équipe arrive préparée : matériel promo, chandails à l’effigie de leur entreprise, démo sur place, les quatre startupers font sensation. Le jury challenge l’équipe, qui sait répondre avec brio. Gratitude et soulagement sont les mots que Julien utilise pour décrire le lancement de l’application. Le WAQ leur donne la confiance nécessaire pour dessiner le futur.

WAQ

 

Que continue l’aventure!

Tout est partie d’une idée, d’une envie de travailler en équipe avant même de penser aux technologies à utiliser pour la développer. Un bel exemple d’entrepreneuriat culturel avec des hommes ambitieux et déterminés.

Proposer aux touristes de visiter une ville, d’un musée, des lieux culturels et aux locaux de redécouvrir leur environnement, de façon plus interactive tout en souhaitant s’intégrer aux activités déjà en place, comme les visites guidées, voilà ce que souhaitent développer Julien, Jules, Nicolas et Sahil. L’équipe ne pense pas seulement s’implanter au Québec, mais aussi au Canada et ensuite à l’international.  Les prochaines étapes : trouver un financement supplémentaire, faire croître l’entreprise et conquérir le marché. Embarquez-vous dans le train?

swipecity.xyz

Téléchargez l’application sur Google Play :

Disponible sur iOS à la fin 2016.

Screencap app

La deuxième édition du Hackathon des Journées de la culture aura lieu les 30 septembre, 1er et 2 octobre, à l’espace Ecto à Montréal et au Camp à Québec. D’autres informations suivront bientôt!

Article précédent

BRIB - phase transitoire

Article suivant

Pop Up Galerie