BlogueOh la Lab

Entrepreneuriat et culture : un mariage discuté au Oh la LAB!

Le 19 juin dernier, une quinzaine de cerveaux et d’esprits ouverts ont cogité tout un après-midi au Oh la LAB! sur des façons innovantes de favoriser le développement des compétences entrepreneuriales et la gestion de croissance des organisations culturelles. Sous le thème Culture et entrepreneuriat : Mariage d’amour? Mariage d’argent?, cette activité a été réalisée par Culture pour tous dans le cadre du Plan culturel numérique du Québec, en partenariat avec l’École des Entrepreneurs MTL, le Pôle d’entrepreneuriat culturel et créatif et le Parcours C3, avec l’appui de la Caisse de la culture.

Cette activité de cocréation portait sur le développement des compétences entrepreneuriales et la gestion de croissance des organisations culturelles, en lien avec le numérique. Nous avons tenté de répondre à ces questions :

  • Quelles propositions avons-nous pour briser les tabous, changer les perceptions, avancer?
  • Quels aspects de l’entrepreneuriat doivent être considérés lorsque l’on parle de culture ou de secteur créatif?
  • Comment ces secteurs peuvent questionner l’entrepreneuriat?
  • À quel moment se sent-on entrepreneur culturel?

Une quinzaine d’entrepreneurs et d’acteurs culturels se sont regroupés autour de trois tables de travail. L’idée était de partir de concepts existants, de manière à ce que les participants aient une base de référence commune, tentant de les adapter (ou de les déconstruire) à la réalité culturelle. Une forme de hacking, quoi!  L’objectif ultime était de mieux outiller nos organisations pour favoriser leur développement et leur contact avec les publics. Une organisation bien équipée est beaucoup plus apte à réaliser sa mission!

La campagne Devenir entrepreneur

Devenir entrepreneur est une campagne de communication visant à promouvoir l’entrepreneuriat québécois et à outiller les entrepreneurs pour les aider à faire face à leurs défis.

Orientations : est-ce qu’une telle campagne aurait pu exister dans le milieu culturel? Qu’est-ce qui fonctionnerait et qu’est-ce que l’on devrait adapter?

Objectif : développer des compétences entrepreneuriales

Dans l’oeil du dragon

Dans l’œil du dragon est une émission de télévision québécoise, une adaptation de la franchise Dragon’s Den diffusée dans plus de 30 pays. Des entrepreneurs y présentent leur entreprise à cinq investisseurs – les dragons – afin d’obtenir un investissement financier pour poursuivre leurs activités.

Orientations : quels sont les éléments clés pour séduire un investisseur potentiel? Quelles sont les solutions de rechange en terme de financement? Quels modèles d’affaires fonctionnent bien?

Objectif : mieux s’outiller en tant qu’entrepreneur lors d’une gestion de croissance

C2MTL

C2MTL est un événement composé de conférences, d’ateliers, de présentations et d’animation jumelant inspiration, commerce et créativité.

Orientations : si on transformait l’événement en C3MTL pour faire plus de place à la Culture (C2 = Commerce et Créativité), qu’est-ce que ça prendrait? Comment faire comprendre la réalité culturelle qui est rarement la même que la réalité commerciale?

Objectif : démocratiser la culture dans un environnement commercial en favorisant la créativité

Les résultats

Après avoir lancé des idées générales autour de ces sujets, les participants se sont regroupés autour des sujets qui les interpellaient davantage pour approfondir les trois concepts exposés, les déconstruire, les adapter, s’en inspirer. PPT-Présentation-21-juin-résultats.

Pour l’adaptation de Devenir entrepreneur, après avoir souligné l’importance de bien définir les publics cibles, les participants ont proposé une action en deux phases :

  1. Campagne pour les entrepreneurs culturels et créatifs en démarrage. L’équipe a proposé de créer un Serpent et échelle grandeur nature avec de réelles mises en situation, un peu à la manière «Dont vous êtes le héros». Par exemple, à la question «Quelle étape réaliseriez-vous en premier?», les participants pourraient choisir entre préparer leur plan d’affaires, chercher du financement ou consulter un juriste. Et constater l’impact de leur choix sur le déroulement de leur aventure entrepreneuriale. Une boîte à outils collaborative serait également créée pour anticiper et minimiser les échecs.
  2. Campagne de notoriété pour le grand public visant à valoriser les entreprises culturelles et créatives, en s’inspirant d’initiatives comme Aliments Québec ou encore Acheter local.

Pour  Dans l’oeil du dragon, le concept a été complètement éclaté. Fini la télé, on passe en mode web pour une diffusion en direct ou en différé sur une plateforme puisant dans les bonnes pratiques du financement participatif. On pourrait y trouver un vote du public et de la communauté et les meilleurs projets seraient présentés devant un panel de mécènes, d’investisseurs, d’entreprises et d’institutions. Les contributions pourraient prendre forme de différentes façons : en argent certes, mais aussi en temps, en ressources, etc. On pourrait même y intégrer des «pitchs inversés», soit des investisseurs qui font part de leurs attentes et volontés. Il y aurait aussi réorientation des subventions gouvernementales : les investissements pourraient suivre le choix du public et des contributeurs / investisseurs.

En ce qui a trait à C2MTL, le concept est simplement raffiné pour faire une plus grande place à la culture, d’abord avec les objectifs (promouvoir la culture, susciter la collaboration, la créativité et opportunités d’affaires) et aussi avec la clientèle (entrepreneurs, artistes, artisans d’ici et internationaux + grand public de Montréal). Ce serait une formule événement de 3 jours (2 jours lieu fixe + 1 journée de découvertes culturelles à Montréal) avec des conférences, jumelages, jeux de réseautage, prestations en direct, pitchs, activités de cocréation, rencontres à huis clos d’autres entrepreneurs. La plateforme montréalaise de mises en contact de participants, e180, serait conservée. On y ajoute des activités mensuelles tout au long de l’année, un peu comme des Creative Mornings culture, avec des personnalités inspirantes. On souhaite miser sur l’atomicité des acteurs pour donner du rayonnement à la culture d’ici.

Questionnements, enjeux et écueils

En réalisant ces activités, beaucoup de questionnements et d’actions à poser sont ressorties.

Qu’est-ce que la culture?
Comment rendre la culture intéressante, valorisante et valorisée?
Comment ne pas reproduire les silos?
Privilégier la promotion ou l’éducation citoyenne ou les deux?
Le «ROI» peut-il être extrapolé?

Il a été convenu qu’il est nécessaire de briser l’isolement et de favoriser les rencontres entre secteurs d’activités, de communiquer avec le public sur la création de valeur, d’œuvrer à changer les perceptions sur la valorisation de la culture, d’insister sur les impacts sociaux positifs de la culture, de se reconnaître et s’accepter comme entrepreneur culturel et la découvrabilité (encore et toujours!)

Qu’en pensez-vous? Les prochaines étapes vous appartiennent! Partagez votre opinion en commentaires!

 

Article précédent

Swipecity: voir sa ville d'un autre oeil

Article suivant

Il n'y a pas d'article plus récent